C’est la folie des « puppys »

Plusieurs choses se sont passées en 2020, pas toujours positives, mais pas moins intéressantes. Dans le monde canin en général, nous avons remarqué plusieurs changements. Parmi ces changements, celui qui a le plus marqué les gens est la demande accrue des familles pour adopter un chiot ou un chien.

Avec ce souhait, viennent plusieurs questions :

  • Comment choisir le bon chien?
  • Quel prix est-ce raisonnable de payer?
  • Comment choisir la bonne race de chien pour moi?
  • Quoi faire pour bien éduquer mon chiot?
  • Comment m’assurer que mon « chiot COVID » pourra être bien socialisé et éduqué malgré toutes les restrictions?

Il n’y a malheureusement pas de bonne réponse pour toutes ces questions. Cependant, c’est possible de guider les gens dans leur réflexion.

La loi de l’offre et de la demande

Malheureusement, la loi de l’offre et de la demande semble s’appliquer aux chiens de la même façon qu’elle s’applique au marché de l’immobilier et du papier de toilette… Autrement dit, lorsque la demande surpasse l’offre, les coûts augmentent.

Certaines personnes (pas toutes heureusement) ont profité de cette situation pour vendre les chiens à fort prix. L’augmentation est si radicale qu’on trouve parfois des chiens, qu’ils soient ou non de race pure, pouvant être vendus à près de 6000 $ et même plus sans explication logique pour appuyer cette augmentation. Devant cette situation, plusieurs ont remis en question l’éthique de certains « éleveurs » qui ont augmenté les prix de leurs chiens aussi drastiquement sans explication.

Si vous voyez un chien dont le prix est beaucoup plus élevé que d’autres du même genre, il y a lieu de poser des questions :

  • Qu’est-ce qui justifie cette augmentation de prix? Assurez-vous d’obtenir une réponse satisfaisante de la personne qui vend le chien. Dans certains cas, ça peut effectivement être justifié.

Outre l’argent, il faut considérer le temps…

Lorsqu’on veut quelque chose, c’est souvent difficile d’attendre. Certaines familles choisissent d’adopter le premier chien qu’ils trouvent sans prendre le temps de bien s’informer sur celui-ci ni de vérifier qu’elles sont disposées à bien s’en occuper.

On semble avoir perdu de vue le fait que c’est normal d’attendre près de 2 ans pour avoir un bon chien provenant d’un élevage éthique qui saura nous épauler dans nos démarches et qui, surtout, nous vendra un chien qui convient réellement à nos besoins.

Comment trouver le chien parfait pour moi?

Le chien parfait, quel qu’il soit, n’existe pas. Cependant, il existe des « matchs » parfaits.

J’ai vu passer dernièrement un article sur Facebook qui présentait ce que c’est que d’être un chien en 2020. Les humains ont souvent tendance à choisir un chien sur la base de son apparence ou de la popularité de sa race plutôt que sur les caractéristiques de la race et ce à quoi le chien est destiné. On essaie alors de changer la composition génétique de son chien pour qu’il « fitte » dans notre quotidien. C’est dans ce temps qu’on peut vivre des situations choquantes.

Quand on choisit un chien sur la base de son apparence, on se retrouve souvent à adopter un chien dit de « travail » pour en faire un chien de « famille » où il ne reçoit pas suffisamment de stimulation mentale et où il n’a pas l’opportunité d’exprimer son réel potentiel, ce pour quoi il a été génétiquement développé.

Ça entraine donc des comportements indésirables comme rassembler les enfants qui jouent dehors en mordillant les chevilles pour un chien de berger qui n’a pas la stimulation nécessaire pour laisser aller ses élans instinctifs. La suite, elle est un peu trop connue…

C’est dans le « match » qu’un bon éleveur ou un bon éducateur canin peut faire la différence. Même s’il peut « perdre une vente » ou que la famille doive attendre plus longtemps que prévu, cela permet d’éviter plusieurs situations fâcheuses comme d’avoir à placer le chien ou à le retourner à l’éleveur parce que l’achat n’a pas été suffisamment réfléchi.

Un engagement à long terme

Peu importe le chien que vous choisissez, le plus important est de garder en tête que vous vous embarquez dans une belle aventure pour les 12 prochaines années. 12 ans c’est long si votre chien ne correspond pas à votre style de vie.

Actuellement peut vous sembler un bon moment pour avoir un chien parce que vous ne voyagez pas, vous êtes plus présents à la maison (télétravail oblige), mais est-ce que ça sera toujours le cas? Il faut garder en tête que, même si on n’y croit pas actuellement, un jour, la vie reprendra son cours normal. Il y aura de nouveau des déplacements à faire pour le travail, des activités auxquelles participer mais où le chien ne pourra venir, des voyages à faire…

Préparer son chiot pour « la vraie vie »

Cela m’amène à mentionner que ce n’est pas parce que vous êtes toujours à la maison que vous devriez toujours l’être pour votre chiot. Il faut que celui-ci soit prêt également à accueillir l’après-COVID. Autrement dit, il doit s’habituer à ce que vous quittiez la maison de temps à autre en le laissant seul.

Et pour la socialisation… Effectivement, c’est un enjeu quand on ne peut recevoir personne à la maison pour pratiquer ni sortir en groupe dans divers endroits pour exposer son chiot à plusieurs environnements.

Si vous avez adopté un chiot durant la pandémie, vous aurez à faire preuve de créativité. Si vous aviez eu à quitter pour le travail, votre chiot n’aurait eu d’autre choix que d’être seul. Maintenant que le télétravail est la nouvelle façon de travailler, vous devrez « créer » ces moments où il sera seul par exemple en le laissant dans sa cage à la maison pendant que vous allez faire l’épicerie.

Comme ce n’est pas possible d’exposer votre chiot à différents environnements et différentes personnes, amusez-vous à vous déguiser de plein de façons pour l’exposer par exemple aux chapeaux, aux lunettes, à la barbe, etc. et récompensez-le.

Le fait de rester davantage à la maison fait aussi en sorte que le chiot s’habitue moins vite à la voiture. N’hésitez pas à prendre la voiture pour aller faire des sorties en nature avec lui.

Pour ce qui est de la socialisation canine, informez-vous auprès d’une école de comportement canin près de chez vous. Certaines offrent des forfaits de socialisation. C’est même possible de prendre des cours de maternelle pour chiot en ligne!

Finalement, il ne faut pas non plus négliger tous les petits comportements de chiot qui peuvent être désagréables pour nous. Par exemple, à chaque fois que vous vous assoyez à votre chaise de travail, si votre chiot commence à mâchouiller vos pieds et que vous le prenez pour l’éloigner, alors il comprend rapidement qu’il obtient de l’attention. De la même façon, vous mettez votre chiot dans sa cage pendant que vous êtes en rencontre et il se met à japper. Si vous allez le chercher pour éviter les jappements, il comprendra alors que s’il jappe, il peut sortir de sa cage. N’hésitez pas à faire appel à un spécialiste en comportement canin pour vous aider à bien répondre aux comportements de votre chiot.

Rappelez-vous que ce n’est pas parce que le « timing » semble parfait pour vous que ça veut nécessairement dire que le beau petit malinois ou le super border collie est le match parfait pour votre famille. Ça ne signifie pas que vous n’êtes pas une bonne famille, mais plutôt que le match n’est pas l’idéal.

Même si le chiot est incroyablement mignon, rappelez-vous ce que ça impliquera dans le futur, les coûts, le temps que ça prendra, etc. Êtes-vous prêt à investir tout ce temps? Avez-vous considéré la suite une fois le « retour à la normale »?

Prenez un moment pour vous informer sur différentes races, et plus particulièrement sur les races dans lesquelles vous êtes intéressés. Et surtout, soyez honnête avec vous-même. 12 ans ça peut être long, mais ça peut aussi passer très vite en bonne compagnie avec le bon chien.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.